Elections 2023 : Katumbi « vroum vroum »

Choix de la rédaction

« Je suis candidat, car la situation du Congo est chaotique et je dois sauver un peuple en danger », c’est par cette formule sur Rfi et France 24, que Moise Katumbi Chapwe, Président d’Ensemble pour le changement a préchauffé le moteur de sa machine électorale, avant le démarrage au Congrès de son parti à lumbubashi.

« La grosse bataille que Katumbi devra livrer sera celle de faire valider sa candidature chez Kadima, après ça ira comme sur des roulettes », a affirmé à notre rédaction un observateur de la politique congolaise.

La candidature de Katumbi à la Présidence de la République était un secret de polichinelle. 《 Bien qu’autour du Président Tshisekedi beaucoup pensaient avoir dompté la bête, le Président du tout puissant Mazembe n’avait jamais été aussi proche du Top Job》, déclarent plusieurs analystes pointus sur la RDC.

Sur RFI et France 24, Moise Katumbi mettant en avant son bilan de Gouverneur et son expertise, a dit avoir « une vision et un programme » pour « reconstruire l’armée et la sécurité du pays ». Ensemble pour la République, le parti politique de Moise Katumbi a endossé sa candidature lors de la convention nationale du parti organisée du 19 au 22 décembre à Lumbubashi, chef-lieu du Haut –Katanga.

Une candidature qui met la RDC dans l’œil du cyclone ?

L’annonce de candidature à la Présidence de la République, de Moise Katumbi, a produit une autre résolution qui fait prendre ce parti, congé de la plate-forme Union Sacrée, pour proposer au peuple congolais son projet politique comme une vraie alternative à la débâcle sécuritaire et socio-économique de la RDC. La candidature Katumbi a fait lever les boucliers, faisant du chairman de TP Mazembe, la cible à boulet rouge, des partisans du Président Tshisekedi.

Contestation de sa nationalité congolaise, critique sur la nationalité de son épouse, dénonciations de sa fortune, les démons de la congolité qui rappellent le chaos ivoirien par l’ivoirité, plus que jamais débout contre la candidature Katumbi au top job.
« Katumbi n’est pas un naif, il est passé par l’école de Kabila ainsi que des vieux routiers comme Mwando et Lumbi, il sait que ça va se jouer dans l’endurance sur ce coup, mais il sait surtout que ça sera 2023 ou jamais » a déclaré un analyste de la vie publique Rdcongolaise.

Pour un autre observateur, « le forum katangais sur l’unité a donné au président d’Ensemble pour le changement, des béquilles nécessaires pour tenir sur ses pieds jusqu’à l’élection ». Sans aucun doute, l’ancien gouverneur du Katanga connu pour son sens de management, ses réseaux externes comme interne et sa puissance financière qui ne fait reculer l’homme devant rien, exigeant même au prédécesseur de Félix Tshisekedi, Joseph Kabila, de le maintenir en dehors du pays, évitant ainsi d’avoir sous les bras un prisonnier encombrant.

Du haut de ses 15 ans de pouvoir en 2016, avec une réputation de stratège, adepte du Sun Tsu « l’art de la guerre chinois », contrôlant l’armée et les services, Joseph Kabila avait préféré maintenir Katumbi déclaré fugitif en dehors des frontières, jusqu’à bloquer son retour par la frontière zambienne. Moise Katumbi descend dans une arène où se trouve le Président Tshisekedi, Président en fonction, un tribun qui maitrise les codes du langage congolais et pour qui, un deuxième mandat est sans aucun doute une question de vie ou de mort.

Mais pour les proches de Katumbi, la défaite du dauphin de Joseph Kabila, Ramazani Shadary a ouvert l’ère où un régime en place pouvait laisser la place à ses opposants et cette situation mettrait les deux candidats dans une situation de guerre sans merci où tous les coups, s’ils sont permis, mettraient en péril la paix et la cohésion nationale.

Les réseaux Katangais, quels rôles ?

Les recommandations du forum sur l’unité et la réconciliation des Katangais, pèsera sans doute dans la constitution des réseaux des soutiens katangais, grand Katanga, important grenier électoral, à la candidature Katumbi au top job. Jacques Kyabula, Guylain Nyembo, Dannis Banza, Fifi Masuka, les têtes d’affiches des soutiens Katangais de Felix Tshisekedi feront-ils les poids face à la machine Katumbi? Peu sont ceux qui parient sur eux et sur la loyauté de certains à faire campagne pour Felix Tshisekedi sur les terres katangaises. Certains analystes, estiment que le Président candidat, devrait se créer un véritable réseau des soutiens Katangais pour affronter Katumbi sur sa terre qui sera le centre d’impulsion de la dynamique Katumbi.

Au-delà des réseaux des libéraux belges et du lobby juif, Moise Katumbi comptera sur le plan national au soutien des katangais qui se symbolise aujourd’hui, par la poignée de main entre lui et Joseph Kabila, son ancien mentor qui monte favorablement en estime chez de nombreux congolais.

Ruth Ngwanza

Plus d'articles

Laisser un commentaire

Dernier article